Frédéric Martin

Tombé dans la musique ancienne à l’âge de 8 ans à peine révolus, ce passionné de sons oublie son siècle et traverse les années 80 sans connaître les Beach Boys. Flûtiste puis violoniste tourné vers la recherche, il voue son temps et son énergie aux répertoires de la Renaissance et du Baroque, au chant et à la danse, dont le tango argentin.

Licencié en musicologie, diplômé du Centre de musique ancienne de Genève, des fourmis dans les jambes n’ont cessé de l’attirer vers la danse et ses rapports avec la musique. Amoureux des histoires et des voix qui les portent, il aime chanter en s’accompagnant à la lira da braccio, l’instrument magique des humanistes du XVIe siècle. Par goût pour les aventures collectives, il a fondé l’ensemble de musique de chambre Variations et La Compagnie des Violons du Roy pour explorer les répertoires de la Renaissance au baroque, instrumentaux et vocaux, par le biais de la danse.

Il a joué le violon avec Les Arts Florissants (dont il en fut un temps, le premier), La Cie Maître Guillaume (idem, mais il n’y en avait qu’un), La Chapelle Royale, Hesperyon XX… Il est appelé depuis pour diriger (en tant que premier violon) ou former des orchestres en France et à l’étranger sur les répertoires français du Grand Siècle et plus généralement la musique à danser mais aussi la musique de chambre, d’opéra ou symphonique.

Il a créé plusieurs spectacles, Barroco Tango avec Carolina Udoviko (tango argentin), Saveurs baroques, une farce musico-culinaire avec un cuisinier, un violon et un clavecin dans un décor décalé, L’Ouverture à la danse, J. S. Bach avec 19 musiciens et 8 danseurs baroques…

Il a laissé sa trace sur près de cinquante disques comme soliste ou en orchestre.

Depuis 2015 il participe à plusieurs projets de la Compagnie Errance, dans lesquels il s’investit à tous les niveaux, en tant que musicien, chorégraphe, chercheur et pédagogue artistique.